Rechercher   Page précédente Accueil  Plan du site

 

   

1307 – 2007 : 700ème ANNIVERSAIRE

DE L’ARRESTATION DES TEMPLIERS

DANS LE DUCHE DE BRETAGNE ET LE ROYAUME DE FRANCE

 

 

Patrick HUCHET

 

 

 Bibliographie

A l’aube de ce vendredi 13 octobre 1307, se déroule un évènement considérable dans le duché de Bretagne et le royaume de France : l’arrestation coordonnée, planifiée, de la quasi-totalité des Templiers dans leurs commanderies… Un coup de filet « policier » d’une rare efficacité, dû au roi Philippe IV le Bel et son principal conseiller, Guillaume de Nogaret. A Paris, c’est ce dernier qui procède lui-même à la « capture » du maître du Temple, Jacques de Molay et des 138 frères présents… Dans le duché de Bretagne, la situation est identique : les Templiers des « maisons du Temple » de Carentoir (Morbihan), des Biais, Nantes et Clisson (Loire-Atlantique), la Guerche (Ille-et-Vilaine), La Nouée et Pont-Melvez (Côtes d’Armor) sont faits prisonniers.

Qui aurait pu prédire que cet ordre du Temple, apparemment si puissant, allait être totalement mis à bas en quelques années, jusqu’à son abolition, en 1312, par la bulle « Vox in Excelso », promulguée par le pape Clément V.

 Les origines de la chute de l’ordre du Temple

 Elles sont d’abord à rechercher dans l’évolution de l’ordre lui-même : en ces premières années du XIVème siècle, les Templiers sont bien souvent perçus comme des seigneurs cupides, impopulaires, à la moralité plus que douteuse. On est bien loin de l’idéal désintéressé des premiers temps de la « milice du Temple » (1120-1150).

Elles tiennent également beaucoup à la personnalité du roi de France, Philippe IV Le Bel, monarque soucieux d’assurer sa pleine autorité en son royaume, roi « très chrétien », témoignant d’une grande piété, qui sera profondément choqué par les « sacrilèges » commis par les Templiers. Ces derniers seront également victimes de l’intense rivalité opposant le roi de France aux papes de Rome, fervents défenseurs de la théocratie.

 La question financière me semble également un élément déterminant dans l’attaque du roi contre l’ordre. Face à d’incessants besoins « d’argent frais », de liquidités immédiates, Philippe Le Bel s’en prendra à des communautés réputées riches, faciles à « rançonner » : dès 1285, les juifs font un « don de joyeux avènement » de 25 000 livres,  les lombards devront s’acquitter également de très lourds tributs tout au long du règne, avant que les Templiers ne soient appelés, en 1307, à remplir les caisses désespérément vides du royaume.

 Les Templiers au début du XIVème siècle : des seigneurs intransigeants, à la réputation peu flatteuse

 Dans les années 1300-1305, l’ordre du Temple s’affirme comme une formidable puissance économique et financière, dont le plus beau symbole s’affiche en la capitale du royaume : le gigantesque donjon  se dressant dans le vaste Enclos du Temple, « capitale » de l’ordre en Occident. C’est là que convergent de très appréciables revenus provenant des commanderies templières de province, devenues de véritables « seigneuries », au fil des décennies.

 Les « commanderies-seigneuries »

 Il est essentiel de constater, en effet, que les pouvoirs des commanderies templières sur les populations locales se sont considérablement accentués, au fil du temps, pour rivaliser avec ceux des « seigneurs-suzerains ». Les communautés villageoises reconnaissent ainsi l’autorité du commandeur par la cérémonie de l’hommage. Dans sa thèse de référence sur les Templiers du Larzac, Antoine-Régis Carcenac souligne l’hommage rendu par les habitants de cette contrée à la commanderie de Sainte-Eulalie :

« Des villages entiers apportent collectivement leur hommage et leur serment de fidélité. Il en est ainsi pour La Clau en 1263 où Bernard del Vivier suivi de vingt autres hommes de La Clau et deux de Gleyzenove jurent d’être fidèles et loyaux envers le Temple et de défendre et conserver les biens de la maison, avant d’accomplir le rite de l’hommage… »

«Quelques années plus tard, c’est le tour des habitants du village de Sainte-Eulalie où plus d’une soixantaine d’hommes sont rassemblés au son des cloches devant le précepteur, le frère Frédol, et renouvellent l’hommage à genoux et les mains jointes. Ils prêtent serment de fidélité en reconnaissant la seigneurie de la maison du Temple et son droit de justice haute et basse… ».

Fort judicieusement, A. R. Carcenac met également en lumière les droits acquis par les Templiers de Sainte-Eulalie, de même que les « banalités » (taxes acquittées par les habitants), assurant en grande partie leur prospérité.

«  Les « banalités » sont pour le seigneur un autre moyen d’opérer une ponction sur les produits du travail des paysans. Il est souvent question des fours et des moulins qui sont donnés ou vendus aux Templiers. On peut mentionner en particulier le four de Montclarat qui est donné avec le fournil et le bois pour l’alimenter, ainsi que le rachat par le Temple d’un moulin qui avait été mis en gage par son possesseur. Si les fours et les moulins sont aussi recherchés, c’est qu’ils sont d’un bon rapport… Un document de 1317, montre que les gens de Sainte-Eulalie étaient tenus de faire moudre leur grain aux moulins appartenant à la maison de Sainte-Eulalie…

On ne saurait sous-estimer l’importance de la seigneurie banale… En profitent surtout les seigneurs châtelains et parmi eux particulièrement les Templiers qui accaparent la justice et sont en mesure, grâce à leur force, d’imposer des prélèvements arbitraires.

La seigneurie banale est donc extrêmement lucrative, bien plus que la seigneurie foncière ».

Antoine-Régis Carcenac « Les Templiers du Larzac » Ed. Lacour, 1994.

 Cette magistrale explication des pouvoirs et de la richesse de la commanderie de Sainte-Eulalie peut servir d’exemple aux centaines de maisons du Temple prospérant, en ces premières années du XIVème siècle, tant en Quercy qu’en Normandie, Champagne et Brie, Bretagne et Provence…

 Les commanderies Templières en Bretagne : des « seigneuries » fort prospères

 Précisons-le d’emblée, les « maisons du Temple » (le terme de « commanderie » n’existe pas à l’époque médiévale), dûment authentifiées (en l’absence d’une thèse universitaire qui manque cruellement), ne sont pas nombreuses et se résument à celles qui j’ai citées au début de l’étude.

Chaque « commanderie » possédait des bâtiments d’exploitation agricole, des écuries pour les montures si précieuses (à destination de la Terre Sainte), une église desservie par un frère chapelain.

Il y a (trop) souvent confusion dans le grand publique, entre les commanderies et les « membres » de ces commanderies. En effet, chacune possédait un certain nombre de membres, c’est-à-dire, des biens fonciers et bâtiments de ferme, des maisons (à la campagne ou en ville), des rentes et droits féodaux (les si rentables « banalités » évoquées ci-dessus). Ainsi la commanderie de Carentoir possédait-elle une douzaine de « membres » se trouvant tous dans l’évêché de Vannes (excepté le « Temple » de la Coëffrie, dans l’évêché de Rennes).

Les maisons du Temple du duché de Bretagne relevaient du « preceptorem domorum milicie Templi in Brittannia » (« précepteur des maisons du Temple en Bretagne »), dont on connaît quelques titulaires : Guillaume Ferron, en 1170, Pierre de Langan en 1245.

L’ordre du Temple se structura fortement au fil des décennies, depuis sa fondation par le chevalier champenois, Hugues de Payns dans les années 1119-1120. A la fin du XIIIème siècle, le précepteur de Bretagne relève de la grande « préceptorie » d’Aquitaine, elle-même dépendant directement du Maître de l’ordre, Jacques de Molay.

Depuis les premières donations effectuées par le duc de Bretagne, Conan III le Gros, dans les années 1128-1130, l’ordre du Temple a grandement prospéré, comme le souligne justement l’abbé Guillotin de Corson, dans son ouvrage de référence « Les Templiers et les Chevaliers de Malte en Bretagne » :

« Les Templiers possédaient des biens dans près d’une centaine de localités bretonnes, notamment dans les villes de Rennes, Nantes, Lamballe, Vitré, Châteaugiron, Hédé, Ancenis, et ils s’étendaient en même temps dans les campagnes des neuf diocèses bretons.

En 1217, le duc Pierre Mauclerc et Alix de Bretagne, sa femme, confirmèrent aux Chevaliers du Temple toutes les donations faites par leurs prédécesseurs : Conan III et Conan IV, Alain Le Noir comte de Penthièvre et Hoël comte de Nantes, du duc Geoffroy II et la duchesse Constance. Ils y ajoutèrent le don d’une terre en Messac, qui devint le Temple de la Coëffrie, et certains droits dans les villes de châteaulin, châteauneuf, Lannion, Morlaix, Jugon et Moncontour.

La même année Pierre Mauclerc manda à tous ses baillis et sénéchaux de faire jouir en paix les Templiers des droits d’usage et de pacage qui leur appartenaient en Bretagne et de réprimer toute atteinte portée à ces droits.

Cette protection des ducs de Bretagne devenait d’ailleurs nécessaire aux Chevaliers du Temple, car leur puissance et leurs richesses leur créaient des ennemis ».

A propos des si appréciables banalités :

« Les Templiers acceptèrent aussi des fours banaux : Alain de la Roche leur abandonna en 1246 celui de Couëron ; dès 1163, ils prétendaient avoir des droits sur le four de Montfort, et en 1182, il est fait mention de leurs fours et de leurs moulins de Merlay, en Assérac, ainsi que de ceux du Temple de Maupertuis ».

Abbé Guillotin de Corson, « Les Templiers et les Chevaliers de Malte en Bretagne », Ed. La Découvrance, Rennes 1995.

 C’est toujours dans ce livre (décidément bien précieux !), que l’on peut découvrir la liste des biens templiers dans le duché, détaillés dans une charte « apocryphe » (elle est datée de 1182), sans doute établie à la fin du XIIIème siècle, quand l’ordre eut besoin de documents « authentiques », pour justifier ses possessions.

 La mauvaise réputation des frères du Temple

 « Boire comme un templier », « Jurer comme un templier », voilà deux expressions populaires qui traduisent mieux qu’un long discours (même s’il faut relativiser leur portée) la disgrâce dans laquelle sont tombés les frères du Temple, aux yeux du peuple, à la fin du XIIIème siècle.

Combattants valeureux en Orient, les Templiers sont trop souvent regardés, en France et en Occident, comme des seigneurs avides et orgueilleux, vivant,  qui plus est, dans un luxe ostentatoire : où sont la foi, l’humilité, l’austérité des débuts de l’Ordre ? Par ailleurs, des bruits circulent depuis longtemps sur leurs « mauvaises mœurs » : sodomie, idolâtrie, hérésie (on les soupçonne fortement de sympathie pour l’islam)…

En 1265, le pape Clément IV leur rappelait d’ailleurs que, sans son soutien, l’Ordre ne résisterait point à « l’animosité publique qui se déchaînerait contre lui ».

En 1274, les Templiers doivent même établir un mémoire justifiant leur existence, face aux pères du concile réunis à Lyon.

Les rumeurs s’amplifient dans les premières années du XIVème siècle, alors que la vie quotidienne est de plus en plus difficile et les impôts, sans cesse plus lourds. Les guerres de Flandre ont engendré une crise financière, que Philippe Le Bel tente de résoudre, au moyen de dévaluations monétaires. Celle de 1306 provoque la révolte du peuple de Paris et pour échapper à sa vindicte, le roi de France doit se réfugier derrière les hauts murs… de l’enclos forteresse du Temple de Paris !

Les Templiers, en conflits permanents, avec les autorités politiques ou religieuses, au XIIIème siècle.

 Au XIIème siècle, le Temple avait suscité une belle unanimité, dans le sillage des croisades et de la chrétienté conquérante. Il en est tout autrement au siècle suivant, celui de la renaissance de l’Etat capétien et de l’affirmation des pouvoirs monarchiques. Face à la puissance et à la fortune sans cesse grandissantes de l’Ordre, un sentiment de méfiance se fait jour, qui laissera place peu à peu à une hostilité déclarée.

 Les Templiers, en conflit avec les seigneurs

 Au XIIIème siècle, les commanderies templières apparaissent, aux yeux de nombreux seigneurs, comme des centres de pouvoirs et de revenus rivalisant avec les leurs. Les procès se généralisent en toutes contrées… une encyclopédie ne suffirait point à les rapporter !

Dans le duché de Bretagne : « l’affaire de Clisson » (1210-1213).

Elle traduit parfaitement l’exaspération des seigneurs face à la puissance montante des Templiers. A deux pas de la forteresse édifiée patiemment par les sires de Clisson, fut fondée, au XII siècle, une commanderie, dont il nous reste l’église de la Madeleine, émouvant modèle d’architecture templière, en sa simplicité « cistercienne ».

Il faut croire que son développement portait ombrage aux barons de Clisson, puisque, vers 1210, Guillaume de Clisson envahit le domaine du Temple et le ravage, s’emparant de quantité de richesses. Plus grave, il poursuit, les armes à la main, un homme vassal des Templiers et l’occit. dans le cimetière attenant à l’église, défiant ainsi le droit d’asile reconnu.

L’affaire est grave et les frères du Temple réclament justice auprès d’Etienne de la Bruère, évêque de Nantes. Ce dernier rend sa sentence en 1213 :

« Guillaume de Clisson restitue au précepteur de la maison du Temple de Clisson tout ce qu’il lui a injustement enlevé, et, pour le dédommager du tort causé, il lui abandonne les impôts appelés « devoirs de coutumes » qu’il levait jusqu’à ce jour en toutes les terres d’aumônes appartenant aux Templiers dans l’étendue de sa seigneurie…

Le même seigneur concède aux Templiers permission d’édifier maisons, fours et moulins dans toutes les terres qu’ils possèdent en sa baronnie…

Enfin, comme témoignage de la sincérité de ses sentiments, Guillaume de Clisson s’oblige envers les chevaliers du Temple à leur verser la somme de sept mille sols, s’il ne tient pas ses engagements… ».

 Les Templiers, en conflit avec les évêques

 Non seulement les frères du Temple surent faire prospérer leurs « exploitations agricoles », au point d’en faire des domaines à faire pâlir d’envie les seigneurs voisins, mais ils firent également preuve d’une farouche volonté de commercer dans les villes. L’exemple de Nantes est tout à fait significatif des litiges qui s’en suivirent avec l’évêque, comme le révèle Guillotin de Corson :

« Les Templiers ne dédaignèrent point de s’occuper de commerce à Nantes : ils construisirent près de leurs ponts ou sur leurs ponts mêmes, des boutiques et magasins qu’ils louèrent ou firent valoir par leurs hommes, et ils disputèrent à l’évêque de Nantes des droits sur la vente des vins.

En 1226, eut lieu une transaction entre Etienne, évêque de Nantes, et les Frères de la Milice du Temple habitant cette ville : il fut convenu entre eux que le commandeur de Sainte-Catherine pourrait vendre en détail, chez lui, dix barriques de vin, mesure d’Angers, pendant le ban de l’évêque et du Chapitre, époque à laquelle ces derniers avaient seuls droit de vendre du vin à Nantes ; si le commandeur en fendait davantage, sa cave serait saisie par les officiers des regaires et il paierait 10 sols d’amende… ».

Guillotin de Corson, op. cité, page 172.

 Philippe IV le Bel, roi de France, souverain le plus puissant d’Occident… et le plus endetté !

 Fils de Philippe III le Hardi et d’Isabelle d’Aragon, Philippe Le Bel est né à Fontainebleau en 1268, deux ans avant la mort de son grand-père, Louis IX, ce grand roi qui sera canonisé durant son règne (le 11 août 1297), devenant ainsi le légendaire « saint Louis ».

A l’âge de seize ans, le 16 août 1284, il épouse Jeanne, reine de Navarre, héritière du comté de Champagne. L’année suivante, en 1285, il succède à son père et monte sur le trône de France, après son sacre à Reims par l’archevêque Pierre Barbet. Le jeune roi est hanté par le modèle de son aïeul, ce fameux Louis IX, qu’il cherchera constamment à égaler en piété, justice et affirmation du pouvoir monarchique.

 Le souverain le plus puissant d’Occident… et le plus endetté !

 En cette fin du XIIIème siècle, le roi de France possède ou contrôle des territoires qui lui assurent en effet cette flatteuse réputation : en quelques décennies se sont en effet réunies à la couronne la Normandie, l’Anjou, le Poitou, la Touraine, le Comté de Toulouse (1271)… Par son mariage avec Jeanne de Navarre, Philippe Le Bel s’empare du comté de Champagne, l’un des fiefs les plus riches de la chrétienté, une terre où prospèrent de nombreuses commanderies templières (Payns, Troyes, Provins, Coulommiers…).

Las, ce règne débute sous le signe de problèmes financiers qui n’auront de cesse de tourmenter ce monarque, toujours « à court d’argent ». En 1289, l’expédition d’Aragon s’est  conclue par la mort du roi de France, Philippe III, à Perpignan et la naissance d’une dette monstrueuse, comme le souligne l’éminent historien Jean Favier, auteur de la biographie de référence sur Philippe Le Bel :

« Sombre présage financier, c’est sous une dette que s’ouvre le règne : la fâcheuse expédition d’Aragon a coûté plus d’un million de livres tournois, peut être un million et demi. Le revenu du domaine royal ne dépasse pas à cette date, 450 000 livres… Lourde charge, donc, que celle-là, qui pèse sur les épaules du jeune roi avant toute initiative personnelle, alors même que la politique angevine en Italie continue d’obérer le Trésor français et que l’horizon s’assombrit, en Guyenne comme en Flandre et sur les frontières de l’Est.

C’est à un rythme bien inégal que s’effectue le remboursement de cette dépense, en définitive stérile. Il constitue les deux tiers de la dépense du Trésor au terme de la Chandeleur 1288… A la mort de Philippe Le Bel, il reste encore des créanciers de Philippe III insatisfaits… ».

Jean Favier : « Un roi de marbre » Ed. Fayard, 2005.

 L’attitude des ducs de Bretagne face au roi de France

 En 1285, année de son accession au trône, Philippe IV le Bel peut compter sur la fidélité du duc de Bretagne, Jean 1er le Roux, qui accompagna le roi Louis IX (canonisé « saint Louis » en 1297), lors de la VIIIème Croisade, en 1270.

A la mort du duc Jean 1er (le 8 octobre 1286), lui succède son fils Jean II, fidèle lui aussi au roi, comme en témoignent les troupes bretonnes amenées en Flandre, en 1297, à la demande de Philippe le Bel, lorsque « l’ost » (l’armée) vint occuper les principales villes flamandes. Faut-il y voir une « récompense » (ou plutôt la mise en tutelle !), cette même année 1297, le duché de Bretagne devient une « pairie », donc un fief astreint à  l’hommage « lige » (bien plus fort et contraignant que l’hommage « simple »).

Arthur II, duc de Bretagne de 1305 (à la mort de Jean II) à 1312, respectera lui aussi les liens de féodalité le liant au roi de France, laissant donc celui-ci procéder à l’arrestation des Templiers le vendredi 13 octobre 1307.

 La « guerre » entre le roi de France Philippe IV le Bel et le pape Boniface VIII (1294-1303)

 Depuis le pontificat d’Innocent III (1198-1216), s’est clairement affirmée la théorie de la « théocratie », proclamant la supériorité du pouvoir spirituel sur le pouvoir temporel et donc des papes sur les empereurs, rois et princes d’Occident. Ainsi que le révèlent Stéphane Arthur et Michel Bonnet, à propos de ce souverain pontife : « Le fondement de son règne est la théocratie et la supériorité en toute chose du pape sur toute personne, tout groupe de personnes. Il n’hésite pas à dire : « La dignité royale n’est qu’un reflet de la dignité pontificale ». Il estime que le pape a le droit de disposer des couronnes des princes temporels de façon à en dessaisir ceux qui en sont indignes… ».

Stéphane Arthur et Michel Bonnet « Encyclopédie des papes » Ed. Patrick Banon.

 Les rois de France s’opposeront vigoureusement à ces prétentions papales. L’affrontement entre ces philosophies du pouvoir est particulièrement violent sous le pontificat de Boniface VIII (élu le 24 décembre 1294). Le conflit ira croissant durant les années 1296-1303.

En 1296, en proie à des problèmes financiers considérables, Philippe Le Bel décrète la levée d’impôts, les « décimes royaux », sur l’église et les ordres religieux. Cette même année, par la bulle « Clerici Laicos », Boniface VIII excommunie ceux qui osent lever les impôts sur le clergé sans le consentement du Saint-Siège. L’an 1300, le Jubilé célébré à Rome remporte un immense succès (plus de 200 000 pèlerins), renforçant le pape dans ses prétentions à la suprématie universelle.

En 1301, le conflit s’envenime quand le roi de France fait arrêter Bernard Saisset, évêque de Pamiers, envoyé par le pape pour traiter de plusieurs affaires. Le paroxysme est atteint en 1302, quand Boniface VIII promulgue la bulle « Unam Sanctam », proclamant la supériorité du pape sur tous les autres pouvoirs. Philippe Le Bel réagit avec l’aide de son conseiller, Guillaume de Nogaret, et suggère la réunion d’un concile, pour déposer le souverain pontife. Ce dernier réplique par la bulle « Per Processus Nostros », en date du 13 août 1303, excommuniant le roi et sa famille.

« L’attentat » d’Anagni, le 7 septembre 1303 sonnera la fin de ce conflit. Retiré en sa ville natale d’Anagni, le vieux pape, malade, est « attaqué » par Guillaume de Nogaret et ses complices. Epuisé par toutes ces épreuves, il meurt le 11 octobre 1303. La papauté sort considérablement affaiblie à la suite de cette « guerre » perdue.

Le 22 octobre 1303, Benoît XI lui succède. Soucieux d’apaiser les tensions, il accorde son pardon aux comploteurs d’Anagni… exception faite de Nogaret. Son pontificat sera de très courte durée puisqu’il meurt quelques mois plus tard, le 7 juillet 1304, après avoir mangé des figues empoisonnées, selon certains historiens… lesquels y voient, bien entendu, la main criminelle de Nogaret.

Qui sera le prochain pape ?

Le conclave réuni à Pérouse, en Italie, siègera onze mois, avant d’élire, le 5 juin 1305, Bertrand de Got, archevêque de Bordeaux, grâce à l’influence décisive de Philippe Le Bel, « subventionnant » le cardinal Orsini, à l’initiative de ce choix judicieux pour… le roi de France.

Un fait dûment établi s’impose : l’ordre du Temple a clairement choisi le camp du roi durant sa lutte contre le pape Boniface VIII. Comment aurait-il pu imaginer se voir terrassé par ce même monarque ? La tragédie va en fait se jouer entre trois personnages : Philippe Le Bel, roi de France, Jacques de Molay, maître du Temple et le pape Clément V.

 L’intransigeance de Jacques de Molay, maître du Temple

 Elu en 1293, à Chypre, où l’Ordre s’est replié, Jacques de Molay porte une responsabilité certaine dans la chute du Temple : par son refus obstiné de la faire évoluer, il va le précipiter dans l’abîme. Le 6 juin 1306, le pape Clément V adresse une missive au maître à Chypre : c’est une convocation à se rendre en France, pour discuter du projet d’une nouvelle croisade. Dans ce courrier, le souverain pontife lui fait part de son souhait d’une fusion entre les deux principaux ordres, le Temple et l’Hôpital, et attend une réponse du maître à ce sujet.

Jacques de Molay lui adresse un mémoire prônant le statu quo et met en avant de bien faibles arguments. Ainsi soutient-il que la générosité des fidèles sera moins grande s’il n’y a plus qu’un seul ordre ; que l’Hôpital et le Temple, ayant l’habitude d’occuper l’avant-garde et l’arrière-garde dans les batailles contre les Sarrasins, si l’on supprime le Temple, il manquera forcément l’une ou l’autre position !

Débarquant au grand port templier de Marseille, en novembre ou décembre 1306, Jacques de Molay ignorait tout de la  machination  montée contre l’ordre, par Guillaume de Nogaret, « l’âme damnée » du roi de France, à partir d’un dossier à charge, de plus en plus conséquent, au fur et à mesure des « révélations » de templiers rénégats.

Philippe Le Bel est pressé de les faire juger. Le 21 avril 1307, a lieu à Poitiers, une entrevue entre le pape et le roi, au cours de laquelle ce dernier réitère auprès du souverain pontife les graves accusations portées contre les frères du Temple. Malade, Clément V temporise une fois encore. Jacques de Molay, désormais informé des « charges », préside le chapitre général qui se tient à Paris, le 24 juin, et intervient auprès du pape pour lui demander d’ouvrir une enquête.

 L’arrestation des Templiers, le vendredi 13 octobre 1307

 Le jeudi 12 octobre, le Maître du Temple, Jacques de Molay, côtoyait encore le roi de France, aux obsèques de Catherine de Courtenay, épouse de Charles de Valois (frère du roi). N’avait-il point le rang de prince souverain…

Grandeur et décadence, le lendemain, au petit matin, c’est le propre chancelier de Philippe Le Bel, Guillaume de Nogaret, qui, accompagné de ses gens d’armes, se présente aux portes de la maison templière de Paris, pour arrêter le Maître et les cent trente-huit frères présents. Proprement abasourdis par une telle audace, les Templiers se laissent enfermer, sans résister, dans les « basses fosses », la prison de la forteresse.

Dans toutes les commanderies du royaume, se déroule une scène identique : baillis et sénéchaux, prudemment escortés, se présentent, munis de l’ordonnance royale, pour signifier leur arrestation aux commandeurs et frères du Temple.

Sans doute en fut-il ainsi également dans les « domus templi » du duché de Bretagne, bien que les preuves écrites manquent cruellement à ce sujet.

L’arrestation-surprise de ces Templiers qui paraissaient si puissants, pour tout dire « inattaquables » et la fin tragique de leurs dignitaires (le 11 mars 1314, Jacques de Molay est livré aux flammes du bûcher, près de Notre-Dame de Paris) ont initié mille et une légendes en terre de France… comme de Bretagne… mais ceci est une toute autre « histoire » !

 

 

  

 

 

Bibliographie

Abbé Guillotin de Corson

« Les Templiers et les Chevaliers de Malte en Bretagne », Ed. La Découvrance 1995.

Patrick Huchet

« Les Templiers, une fabuleuse épopée », Ed. Ouest-France, 2007.

Dumontier – Villeroux – Bernage – Barreau

« Sur les pas des Templiers en Bretagne, Normandie, Pays de Loire », Ed. Copernic, 1980.

Alain Demurger

« Les Templiers, une chevalerie chrétienne au Moyen Age », Ed. Le Seuil, 2005.

Malcom Barber

« Le procès des Templiers », Presses Universitaires de Rennes, 2002.

Antoine-Régis Carcenac

« Les Templiers du Larzac », Ed. Lacour, 1994.