Rechercher * Page précédente Accueil  Plan du site

*

*

 

 

LE VIADUC SUR LE SCORFF :

LES FONDATIONS   INNOVANTES

 

Daniel FAURIE

La Ville en Bois – LORIENT

 

 

 La ligne de Savenay à Châteaulin enjambera le fleuve Scorff par un pont dont une des caractéristiques sera d’être élaboré par un homme de renommé universelle : Gustave Eiffel, nous sommes en 1860 et l’entreprise Nepveu l’emploi comme ingénieur, il vient de terminer le grand pont de Bordeaux sur la Garonne.

Les poutres treillis en étaient la signature, mais c’est au niveau des fondations que nous allons devoir plonger  pour découvrir l’inventivité de notre homme. 

Le viaduc va masquer la vue sur le Scorff que l’arsenal était en droit d’attendre à partir de la lunette du Blanc. Le remblai sera remplacé par 7 arches maçonnées coté « Potée de Beurre » nom de l’appui car le rocher en a tout simplement la forme. La visibilité vers le parc à bois à surveiller sera acceptable.

 

Vue en ballon imaginaire pour un survol explicatif

Aquarelle de Danniel Faurie

 

Revenons à la mise en œuvre des deux piles qui supporteront le « tubulaire » la partie métallique en forme de U. Eiffel aurait pour la première fois mis au point la méthode de "fonçage a l’air comprimé" !!!! Etant donné la proximité de l’arsenal, nous voulons le croire.

Afin de fonder une pile dans l’épaisseur des vases et atteindre le rocher franc Eiffel va faire descendre par son propre poids un caisson sans fond (une dizaine de mètres à cet endroit) Pour cela trois tubes ajustés ensembles, fermés sur le dessus, on maintient a l’intérieur une pression d’air qui va faire flotter le « navire ». Celui-ci sera positionné au plus près. Au fur et à mesure dans l’enceinte on va pomper les vases et les alluvions et par le système du havage les trois tubes descendent se poser sur le rocher ; on va aussitôt combler ces vides par des gros moellons passant par des cheminées débouchant au dessus des eaux de marnage ; ces matériaux vont stabiliser cette fondation originale. Il ne reste plus qu’à élever la pile maçonnée sur le toit du « navire » à jamais coulé.

 

Le viaduc sur le Scorff

Dessin de Daniel Faurie

 

Le génie de Gustave Eiffel dort dans notre fleuve Scorff ; en l’an 2000 la destruction du viaduc Eiffel et sa passerelle fut pour nous riverains de Lorient et de Lanester un véritable crève  cœur. Nous souhaitons aux Bordelais de conserver le leur.

Lorient grâce à la ligne de la Compagnie Paris-Orléans va vite connaître les bienfaits du chemin de fer ; toute la Bretagne sud est désenclavée par les 285 km qui la traversent, c’est en 1855 que l’on prend la décision de construire: une année pour étudier, les  infrastructures  seront achevées en 1859, mais cinq années pour achever les ouvrages d’art.

 

 

QUELQUES PETITS DETAILS …….

      

Les fondations dans le Scorff descendent entre 15 et 25 mètres au dessous des plus hautes eaux des marées. La longueur totale du viaduc est de 330 mètres ; le tablier en acier puldé en 3 parties fait 175 m. La largeur 8,56 m pour 2 voies ; le poids total 880 tonnes ; soit 5 tonnes par mètre.

Eiffel lancera son ouvrage à l’heure dite ; on procède à la réception du viaduc par l’épreuve des passages des locomotives et trains chargés en conséquence ; cela se déroule  le 13 septembre 1862 ; le Viaduc du chemin de fer pourra voir passer les trains dans les deux sens tandis que les eaux du fleuve en dessous en feront tout de même.

Notre héros se doit de côtoyer d’autres ingénieurs: Groizette-Desnoyer, polytechnicien c’est lui le chef ; avec Dubreuil ; Morandière ; et Hisselin.

L’inauguration a lieu le 21 septembre 1862 avec la bénédiction des locos par l’évêque de Vannes; suivie de grandes réjouissances publiques avec flonflons ; discours et vin d’honneur sans compter les agapes mémorables et cela grâce aux donations du gouvernement de l’Empereur. .

C’est en 1864 que notre homme va s’installer à son compte, il a 32 ans ; est-il besoin de rappeler ces œuvres tels  le viaduc de Garabit (Cantal) et la Tour Eiffel !!!!!

Lors de la rénovation du viaduc dont nous ferons le récit détaillé, des voix s’élevèrent  pour que nous conservions un morceau de ce pont. Ce qui fut fait et déposé dans l’enceinte de la redoute-batterie de Kerhonno au pied du nouveau pont. Ce souvenir pourrait peut-être trouver une place plus en vue ???

En 1883 le journal "L'Illustration"   produisit une gravure représentant le viaduc sur le Scorff, belle représentation de l’ouvrage à ceci prés que l’artiste a fait circuler le train  carrément sur la partie supérieure !!!!

 

 

Sources 

Lorient, Histoire d’une ville par Yann Lucas.  

Document  par Louis Mollo.

Remerciements à Pierre Villard, Directeur de travaux du nouveau pont SNCF (2000)

 

 

